Recherche

diablog

Carnet fourre-tout d'une autrice théâtreuse

Tag

monde

Le ciel est morcelé au dessus des escaliers.
Il ne s’allonge plus comme un chat dans la chaleur des chemins de fer.
Il n’y a plus de nuages qui se déchirent en rouge et gris.
Il n’y a plus rien quand il fait noir.
La langue sans tréma ne chuinte pas,
Et dans les parcs les bouteilles vides ne se ramassent pas.
Les parcs sont fermés.
Et personne n’y chante.
Dans les chambres étroites les fenêtres ne s’accouplent pas.
Il n’y a pas de piscine dans les boîtes libertines.
Il n’y a pas de limonade au sureau.
Il y a peu de vélos.
Il n’y a pas de place dans le métro
Ni sur les escaliers du fleuve,
Et les photomatons sont en couleurs réglementaires.
Il n’y a pas de renards dans la ville
Mais il y a de la viande.
Je ne vais plus me perdre à côté de chez moi
Dans les odeurs d’épices et de neige piétinée.
Je ne vois plus le soleil se lever en vibrant sous les basses.
Je ne vais plus là où c’est beau
Boire du maté glacé au bord de l’eau
En sachant que je pourrais tomber.
Mais je remonterai les escaliers
Et j’irai voir
Valparaiso.

Rituel

Le blanc se dore sous la chaleur. La crête des montagnes va parfois jusqu’à noircir. Un grésillement, un bruit d’explosion, des grésillements.
Le translucide s’opacifie autour du soleil rond piqueté d’un point rouge comme une blessure. L’aura va parfois jusqu’à noircir, quand le soleil n’est plus fondant.
La mer bouillonne plus fort quand on y plonge quelque chose. Des tiges chevelues qui s’adoucissent en s’entremêlant. Souvent trop câlines, il vaut mieux les oindre d’huile pour que ça ne dégénère pas.
Le blond vire au roux en crépitant dans une odeur de sueur. Je découpe des cœurs qui vont rejoindre les oignons dans la poêle. Il faut manger vite avant que ça refroidisse.
Après, j’ai trop mangé. J’ai trop mangé de monde.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :