Recherche

diablog

Carnet fourre-tout d'une autrice théâtreuse

Tag

féminisme

Quartette internet

MAEVA, 16 ans, maquillée, parle de manière lente et très concentrée. OCÉANE, 18 ans, maquillée, d’apparence plus sûre d’elle et au débit plus rapide. LUCIE, 20 ans, moins apprêtée que les deux autres, look moins « girly » mais plutôt tatouages, piercings ou vêtements personnalisés. MÉLISSA, 25 ans, maquillée, très volubile et énergique. VOIX OFF. Entre MAEVA. Elle s’assied face au public, se recoiffe, s’éclaircit la voix puis agite la main. Coucou les filles ! Alors la semaine dernière, comme vous le savez, je vous ai montré comment réaliser de superbes anglaises simplement avec des feuilles d’aluminium roulées en papillotes. Plusieurs personnes m’ont fait remarquer dans les commentaires que le résultat était magnifique et l’astuce très économique mais que l’aluminium n’est pas très écologique. Alors j’ai pris conscience quec’était vrai, d’autant qu’on ne peut pas vraiment réutiliser les feuilles pour emballer des aliments après les avoir enroulées dans ses cheveux. Ce n’est pas très hygiénique. Alors aujourd’hui, après avoir bien réfléchi, je voulais d’abord vous faire un grand mea culpa, parce que l’écologie est vraiment importante pour moi. Et surtout, je voulais vous remercier pour vos commentaires qui m’ont vraiment permis de réfléchir et d’avancer sur cette question. J’ai vraiment de la chance de vous avoir. J’espère que grâce à mes vidéos, je vous apporte autant que vous m’apportez à moi. Alors pour vous remercier j’ai décidé de faire une nouvelle vidéo de papillote, mais cette fois- ci avec du papier toilette.Alors bon c’est pas glamour, je vous entends déjà rire derrière vos écrans, mais je vous assure que le résultat en vaut la peine. Croyez-moi ! Alors en fonction de l’effet recherché, vous pouvez opérer sur cheveux secs, ça vous donnera un beau volume. Ou alors sur cheveux humides... (Elle humidifie ses cheveux à l’aide d’un vaporisateur.) pour faire de belles anglaises. Alors je déconseille fortement d’opérer sur cheveux mouillés, parce que le papier toilette risque de se désagréger et de laisser plein de petites miettes. Et pour le coup, ce ne serait vraiment pas glamour. Alors on tire quelques feuilles de papier, oui, de papier toilette, je sais, faites-moi confiance, vous n’êtes pas obligées de faire ça devant votre mec ! Donc( Entre OCÉANE, qui s’assied également face au public.) MAEVA : on tire quelques feuilles de papier, vous pouvez choisir du papier recyclé pour que ce soit encore plus écologique. Ensuite vous les roulez comme ceci, pour que la papillote soit bien solide, puis vous enroulez une mèche de cheveux autour. Alors la mèche peut être plus ou moins épaisse en fonction du résultat recherché. (Elle enroule chaque mèche de ses cheveux en silence.) OCÉANE : Salut les filles ! Et les garçons, parce que je sais qu’il y en a quelques uns qui me suivent, même s’ils ont du mal à l’admettre ! Alors tout d’abord je m’excuse, je suis vraiment désolée, pardon pardon pardon, j’espère que vous me pardonnez, ça fait plus d’une semaine que je n’ai pas posté de vidéo alors que j’avais promis de garder le rythme cette année, mais j’ai eu plein de partiels ces jours-ci, la fac me prend beaucoup plus de temps que ce que je pensais et je n’ai plus autant de temps à consacrer à mon blog, à vous consacrer ! Malgré ça vous continuez à me suivre, vous êtes toujours aussi fidèles, et même de plus en plus, et ça, ça me fait vraimentchaud au cœur, alors j’avais vraiment envie de faire un petit truc pour vous remercier ! Donc aujourd’hui ce sera une vidéo un peu spéciale, pas de tuto make-up, j’ai une surprise pour vous. Il y a deux semaines vous avez été nombreuses, et nombreux ! Oui oui les garçons, je sais que vous êtes là ! Vous avez été nombreux à me complimenter sur ce collier, et à me demander où je l’avais acheté. C’est pour ça que je l’ai remis aujourd’hui. Alors la vérité c’est que ce collier, je ne l’ai pas acheté, je l’ai fabriqué ! Eh oui, je vous avais caché mon petit péché mignon qui est le Do It Yourself ! (Elle se fige. Entre Lucie.) Salut ! Bienvenue sur Laissons Lucie Faire, merci d’être toujours plus nombreux à me suivre. Comme vous le savez, c’est bientôt la fin de l’été, eh oui, déjà, mais qui dit automne dit... Halloween ! Comme vous vous en doutez, c’est bien sûr ma fête préférée, alors je vous ai préparé une tonne de tutos. J’y ai passé du temps, et il y ena pour tous les goûts, alors j’espère que vous allez vraiment kiffer, autant que moi j’ai kiffé le faire. Première proposition, vampire sexy ! (Lucie se fige. Entre MÉLISSA.) Coucou mes cochons d’Inde ! Ça me fait un bien fou de vous retrouver enfin, la semaine dernière a été une semaine de folie, c’était incroyablement intense, je n’ai pas eu une minute à moi, attention, je ne me plains pas, je n’ai pas le droit de me plaindre, et ce que je vis en ce moment c’est aussi un peu grâce à vous, c’est vraiment une expérience incroyable, c’est grâce à vous si Le Petit Monde de Mélissa est devenu ce qu’il est maintenant, donc il fallait que je vienne tout vous raconter, je viens juste de rentrer, je n’ai même pas encore ouvert ma valise ni chargé mes photos sur(MAEVA a terminé ses papillotes.) Voilà, c’est terminé, donc il n’y a plus qu’à aller se coucher. Alors encore une fois, c’est vraiment pas glamour, donc c’est vraiment à réserver pour les soirs où vous dormez / MÉLISSA : mon ordi, je suis tout de suite venue vous voir, alors excusez-moi, comme vous pouvez le voir je ne suis même pas maquillée, je viens vraiment juste de rentrer ! Cette vidéo est donc vraiment juste pour vous remercier, je ferai une vraie vidéo plus tard, mais là j’ai juste pas l’énergie, comme quoi, moi aussi il m’arrive / (Elle se fige.)OCÉANE : Bleu Océane » et ensuite vous me décrivez votre bijou préféré et vous me racontez pourquoi, si on vous l’a offert, si c’est un souvenir de votre grand- mère... Vous avez jusqu’au 30, donc prenez bien votre temps pour y réfléchir ! Je choisirai moi-même mes trois commentaires préférés, et les heureuses gagnantes, ou les gagnants, hein, auront droit à un collier personnalisé ! Oui oui, personnalisé ! Alors pensez bien à me dire aussi dans le commentaire vos deux ou trois couleurs préférées ! (OCÉANE retire son collier, enfile un grand pull et s’affale par terre pour jouer sur son portable.) LUCIE : c’est facile, du noir, du noir et encore du noir, avec un peu de rouge, eh oui, le rouge c’est la couleur du sang, et aussi un peu de blanc, par exemple pour la chemise. Vous pouvez la jouer soit vampire rock, avec un blouson en similicuir, un collier à pointes, des bracelets à pointes, un jean noir déchiré ou un pantalon en similicuir pour un total look, soit vampire classe, avec veste en velours, chemise à jabot, ou alors un corset en dentelle rouge et noir pour les meufs, c’est vous qui voyez. Et maintenant, le tuto make-up ! Pour le teint, vous vous en doutez, on veut du pâle, du très pâle, alors arrêtez de râler que votre bronzage de l’été est déjà parti, ça tombe bien ! Donc pour la base j’utilise du blanc de Chanel... MÉLISSA : ... d’avoir des baisses d’énergie ! Mais ne vous inquiétez pas, je vais juste faire une bonne sieste et après je reviens vous voir et je vais juste tout vous raconter en détails ! À très bientôt mes amours ! / Moi aussi il m’arrive d’avoir des baisses d’énergie ! Mais ne vous inquiétez pas, je vais juste faire une bonne sieste et après / excusez--‐moi, comme vous pouvez le voir je ne suis même pas maquillée, je viens vraiment juste de rentrer ! Cette vidéo est donc vraiment juste pour vous remercier, je ferai une vraie vidéo plus tard, mais là j’ai juste pas l’énergie ! / À très bientôt mes amours ! / À très bientôt mes amours ! / Coucou les loulous ! J’espère que vous allez bien ! Moi je déborde juste d’énergie cette semaine ! D’ailleurs vousMAEVA : seule. Après, vous pouvez aussi les garder seulement quelques heures, et la coiffure tiendra le temps d’une soirée, ou plus, en fonction de votre nature de cheveux. Donc je vous quitte pour aller faire ma routine du soir, et je vous retrouve demain matin pour qu’on découvre le résultat ensemble. À tout à l’heure ! (Elle agite la main et se fige.) OCÉANE : En fait ça ne fait pas très longtemps que je m’y suis mise, et je dois vous avouer que je ne me sentais pas trop douée pour ça, mais vos réactions face à mon collier m’ont fait un si gros plaisir que je pense ajouter une catégorie di aïe ouaïe à mon blog. Qu’est-ce que vous en pensez ? Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires ! Et en attendant, attention, voilà la surprise, roulement de tambour... Je vous propose de gagner des colliers réalisés par moi-même, de mes petits doigts. Pour participer, c’est très simple, laissez-moi un commentaire avec en titre « Je veux un collier / LUCIE : Pour ceux et celles qui n’ont pas envie de se prendre la tête avec leur déguisement, qui veulent pouvoir danser et donc être libres de leurs mouvements, et qui veulent se donner un petit air mystérieux, parce que, soyons honnêtes, Halloween, c’est aussi l’occasion de pécho. Donc pour le costume en lui-même,MAEVA retire délicatement ses papillotes une à une. LUCIE se maquille en commentant chacun de ses gestes, mais sans le son. À chaque fois qu’elle utilise un nouvel accessoire de maquillage, elle le brandit d’abord devant elle en le présentant devant sa paume. allez pouvoir en juger par vous-même au travers de toutes les vidéos que je vous ai faites ! Oui ! Je vous ai fait plusieurs vidéos cette semaine ! Je vous ai vraiment gâtées mais c’est normal, après / Salut mes chatons cœurs ! Je voulais juste vous faire un petit coucou de l’endroit paradisiaque où je suis, et ça c’est grâce à vous, j’ai juste trop de chance de vous avoir ! OCÉANE se relève brusquement, enlève son pull, remet son collier. Voilà, à tout tout bientôt, j’ai hâte de lire toutes vos belles histoires et vos beaux souvenirs, je suis sûre que ça va être très émouvant ! Je vous fais plein de bisous, et à trèsbientôt sur Des Yeux Bleu Océane ! Promis, j’essaie de revenir avant l’année prochaine ! Non je plaisante, de toute façon je reviendrai au moins le 30 pour les résultats du concours ! À bientôt !( Elle agite la main et se fige.) LUCIE : On estompe on estompe on estompe ! (Elle recommence à parler sans le son tout en se maquillant.) MAEVA : Et voilà, de belles anglaises comme promis, enfin, ce ne sont pas tout à fait des anglaises parce que ma nature de cheveux très raides fait que c’est difficile pour moi d’avoir de vraies boucles, mais comme vous voyez ça fait déjà un beau volume. Si vous voulez du plus bouclé, vous pouvez retravailler vos boucles aux doigts en les... LUCIE : Salut les filles ! MÉLISSA : Salut mes boutchous ! J’espère que vous allez bien ! / Coucou mes amours ! Comment / Coucou les chouchous ! Ça / Coucou mes / Salut mes / Salut les filles ! Coucou mes marrons chauds ! Bah oui, les marrons chauds, c’est bon et réconfortant, (Voix off, legato, crescendo) Trop trop belles ! Tu as bien fait de craquer, franchement ! — J’aimerais tellement pouvoir me les offrir aussi ! — C’est magnifique ! — Ça te va tellement bien ! — Je préférais ton maquillage d’Halloween de l’an dernier mais c’est quand même — Trop beau !(MAEVA vaporise de l’eau sur ses cheveux et se fige.) Salut les filles ! Salut les filles ! Coucou les filles ! Coucou les filles ! (MAEVA se brosse les cheveux pour essayer de les lisser.) Coucou les filles ! (OCÉANE prend des poses, genoux en dedans, main sur la hanche, main de poupée, regard en coin. LUCIE a terminé son maquillage de vampire sexy. Elle tourne son visage de droite et de gauche pour le bien montrer.) MÉLISSA : comme vous ! Surtout en cette saison ! Vous voyez où je veux en venir ? Eh oui, on ne peut rien vous cacher ! J’ai bien reçu la palette d’ombres à paupières Marron glacé de chez / (Elle se fige.) VOIX OFF : Viens sur mon blog http://labulledelililou. / Trop beau ! Je vais essayer de faire pareil ! — Je ne suis pas convaincue par ces chaussures, je pense que tu es tombée dans le piège du talon en parenthèse inversée qui alourdit la silhouette — Avec cette longueur d’ourlet, il vaut mieux des — C’est sûr que faut oser mais bon avec ta silhouette tu peux tout te permettre — La photo est retouchée, non ? — Je pense qu’avec tes mollets de footballeur il vaudrait mieux éviter les chaussettes montantes — Tes cheveux sont trop beaux, tu utilises quel shampooing ? — Je voulais les acheter aussi, est-‐‐ce que tu peux me dire si ça taille petit ? D’habitude je chausse du 38-39 mais je n’ai encore jamais commandé chezeux, j’attends ton retour, merci d’avance — oh non, pas toi ! J’ai déjà vu ces chaussures sur le blog de Vicky et aussi sur celui de — encore une mode que je ne comprends pas — ma grande, quand on a une silhouette comme la tienne il vaut mieux éviter les ponchos, même si c’est la mode — je comprends que ton mec t’ait larguée — tu n’en as pas marre de jouer les petites filles ? Tu ne crois pas que tu as passé l’âge ? — quand on a une silhouette en sablier — quand on a une silhouette en pyramide — quand on a un menton comme le tien — quand on a un nez comme le tien — tiens, tu as grossi, non ? Un heureux événement qui s’annonce ? — Super, encore un article passionnant et indispensable.LUCIE : Et voilà pour la belle vampire sexy ! Croyez- moi, tous les mecs auront les crocs ! Maintenant, deuxième proposition, la sirène ! Un peu plus difficile à réaliser, mais vous allez voir qu’avec mes conseils... (Elle se fige, la main levée exhibant un pinceau plaqué contre la paume de son autre main.) MÉLISSA : Mes amours jolis, il faut que je vous confie quelque chose, un grand projet que je mijote depuis longtemps, parce que oui, j’ai une vie en dehors du blog, je n’en ai encore parlé à presque personne... (Elle se fige dans un grand éclat de rire muet et artificiel.) Voix off : Trouve-toi un vrai métier. — Le phénomène des « blogueuses » remplacera-t-il les journaux féminins ? On espère que non, on vous dit pourquoi. — Mais t’es malade, c’est hyper allergisant la cannelle ! — Encore une bourde monumentale de la jeune « blogueuse beauté » qui — Pourquoi ne faut-‐‐il surtout pas suivre les conseils beauté de — Le scandale des billets sponsorisés des « blogueuses » — On a lu pour vous le livre de la jeune « blogueuse » — La « youtubeuse » star pète un câble — La jeune « blogueuse » accuse les réseaux sociaux d’être responsable de ses problèmes — la « blogueuse » fait sa crise — La « blogueuse » supprime son compte Instagram — La « blogueuse » désactive(MAEVA a fini de se lisser les cheveux.) OCÉANE : Aujourd’hui j’ai fait une folie ! Vous avez vu mes nouveaux bébés ? Vraiment une folie, mais j’ai pas pu résister ! Dites-moi que j’ai bien fait ! Qu’est-ce que vous en pensez ? Dites-moi dans les commentaires ce que vous en pensez ! (Elle se fige dans une pose : genoux en dedans, ventre rentré, main sur la hanche, main de poupée.) Voix off : les commentaire — La jeune « youtubeuse » star qui avait supprimé sa chaîne a maintenant encore plus de fans, bien joué ! — Encore un gros coup de pub ! MAEVA :Coucou les filles ! J’espère que vous allez toutes très bien. Moi je ne vais pas très bien en ce moment. Aujourd’hui ça va. C’est pour ça que j’en profite pour faire cette vidéo. Je suis désolée pour celles qui attendent depuis longtemps un nouveaututo coiffure ou make-up, en ce moment je n’ai pas trop l’énergie de faire ça. Donc je suis vraiment désolée. Mais j’avais vraiment envie de faire une vidéo sur quelque chose que je vis au quotidien. Si vous êtes là uniquement pour les conseils de beauté ou de mode, je suis désolée. Mais j’avais vraiment besoin de vous parler de ça. Ça fait maintenant presque un an que je suis entrée au lycée. Je ne vais pas rentrer trop dans les détails parce que c’est un peu trop douloureux encore. Mais j’avais vraiment envie de vous parler de harcèlement scolaire. Ça fait quelques mois que ça dure. Au début je pensais que ça allait passer. J’ai essayé de m’intégrer. J’ai essayé de faire des efforts. J’ai essayé de me faire des amis. J’ai même cru que / Voix off, legato, crescendo jusqu’à recouvrir totalement la voix de MAEVA : Bravo Maeva — merci pour ton témoignage, ça me touche de voir que je ne suis pas la seule — merci pour cette vidéo qui fait réfléchir — bravo pour ton honnêteté — merci pour ta confiance — j’aimerais pouvoir t’aider —c’est horrible — merci, merci, c’est exactement ce que j’avais besoin d’entendre — ça fait deux ans que ça dure, je ne sais pas quoi faire — merci — je n’ose pas en parler à mes parents moi non plus — je ne sais pas à qui en parler alors je voudrais te demander des conseils — bon courage Maeva, on est toutes avec toi — ne t’en fais pas, on est là — moi voudrais aussi j’ai connu ça mais jej’avais des amis. Je vous en parle maintenant parce que ça devient trop lourd à porter. Je n’arrive pas à en parler avec mes parents. J’ai honte. C’est trop dur. Je ne veux pas leur faire de peine. Je ne veux pas les inquiéter. Alors je vous en parle à vous. Parce que je vous fais confiance. OCÉANE : Aujourd’hui je voudrais vous conseiller le blog de Maeva...( Maeva continue à parler mais ses paroles ne nous parviennent pas, étouffées par les voix off.) LUCIE : Aujourd'hui je voudrais vous conseiller le blog de Maeva, qui a courageusement décidé d’aborder un sujet difficile. Vous ne vous en doutez peut-être pas, mais moi aussi... OCÉANE : Aujourd’hui je voudrais vous conseiller le blog de Maeva... MÉLISSA : Je sais que ça va vous étonner, parce que c’est un sujet dur et douloureux mais... MAEVA : Ça n’a pas commencé tout de suite dès la rentrée, au début j’ai même sympathisé avec quelques filles de ma classe... Et puis, je ne sais pas ce qui s’est passé... Elles n’ont plus voulu s’assoir à côté de moi en classe. Il y a des rumeurs qui ont / OCÉANE : Je sais que je ne donne pas cette impression, mais moi aussi, parfois... MÉLISSA : Merci, Maeva. Voix off : m’en suis sortie — tu verras — c’est juste un mauvais moment à passer — ma pauvre chérie — merci Maeva — mais c’est horrible je n’aurais jamais pensé que toi Maeva tu pouvais être victime de — ma pauvre chérie c’est horrible — bravo pour ton courage — il faudrait leur péter la gueule — c’est quelle marque le tee-shirt que tu portes sur la vidéo ? Il est trop joli. Bon courage ! — merci pour cette vidéo, bonne continuation — arrête de te laisser aller — il ne faut pas leur montrer que ça t’atteint — encore un bon gros coup de pub —bravo pour ton témoignage mais tu n’as pas peur que tes harceleurs tombent dessus ? — j’aime beaucoup ton blog continue bravo, comme quoi même lesMAEVA : commencé à circuler sur mon compte... Je ne sais pas de qui c’est parti. Il y a eu des graffitis dans les toilettes... On m’a volé ma trousse, mes cahiers... C’est mon troisième agenda... Dès que je parle en classe... Quand je marche dans les couloirs... OCÉANE : Bravo, Maeva. MAEVA : Je n’ose plus manger à la cantine, je passe la récréation enfermée dans les toilettes... LUCIE : Et j’ai parfois l’impression que ça dure encore aujourd’hui. Voix off : blogueuses qui n’ont pas du tout été gâtées par la nature peuvent avoir bon goût — moi je trouve que tu es de plus en plus jolie, ça ne se remarque pas que tu as pris quelques kilos — très joli ton smoky, tu nous feras un tuto ? — tu as une silhouette de petite fille malade — bravo pour ton courage, moi à ta place j’aurais trop peur qu’ils tombent dessus — arrêtez, ils ne connaissent pas son blog, ils ne savent pas que c’est une blogueuse connue, sinon ils n’oseraient pas la harceler. MAEVA : Merci, ça m’a fait du bien de vous parler.

Traverse (extrait)

Entrent Sam et Alix, en robes de chambre, pyjama en pilou, etc., et transportant une table, sur laquelle on installe une miche de pain, des assiettes, des bols, un beurrier, une coupe de fruits de saison, etc.

SAM.
Attends, on a une carafe. On va mettre le jus d’orange dans la carafe, ce sera plus sympa.

ALIX.
Plus sympa ?

SAM.
Plus / convivial.

ALIX.
Le jus d’orange est plus sympa dans une carafe ?

SAM.
Plus convivial.

ALIX.
Du genre Bed and Breakfast commerce équitable on a pressé des oranges fraîchement cueillies ce matin ?

SAM.
Oui Alix, c’est exactement ce à quoi je pensais.

ALIX.
Génial. J’adore le jus d’orange équitable.

Sam emplit de jus la fameuse carafe. Entre Meredith, dans un grand plaid.

SAM et ALIX.
Bonjour !

MEREDITH.
Bonjour !

SAM.
Bien dormi ?

MEREDITH.
Ce calme ! C’est incroyable.

SAM.
Je t’avais dit.

MEREDITH.
Incroyable. Oh, vous avez tout préparé ! Vous êtes des amours. Il y a du thé ?

SAM.
Tu veux du jus d’orange équitable ?

MEREDITH.
Vous l’avez acheté à la ferme ? C’est génial. Je me sens déjà revivre.

ALIX.
Oui, il y a une ferme d’oranges juste à côté.

MEREDITH.
Délicieux.

ALIX.
C’est d’ailleurs la spécialité de la région, je crois.

MEREDITH.
Je vois que tu es très en forme dès le matin. Ah, ce calme !

SAM.
C’est quoi ce bruit ? Merde, le café !

Entre Andrea.

MEREDITH.
Ah, « café bouillu »…

SAM. (off)
Café foutu !

ANDREA.
Généralement on évite d’énoncer la deuxième partie d’un proverbe que tout le monde connaît, c’est d’un lourd.

SAM. (off)
Bonjour à toi aussi, Andrea !

ALIX.
Vous pouvez arrêter de hurler ? Meredith essaie de savourer le calme.

MEREDITH.
Salut Andrea, tu veux du jus d’orange bio ?

ALIX.
Il est équitable.

ANDREA.
Équitable à quel niveau ?

Entre Sascha.

ALIX.
C’est-à-dire qu’il y a autant de sucre ajouté que de pesticides. C’est équitable.

SASCHA.
Voilà qui ouvre l’appétit ! Qu’est-ce que vous nous avez préparé ?

ALIX.
Qu’est-ce que qui a préparé à qui ?

SAM.
Alors justement je voulais vous parler de ça.

ALIX.
Soyez bien aises qu’on ait sorti le beurre du frigo et mis la table.

SAM.
Je ne pensais pas que ça viendrait si tôt sur le tapis, mais / qu’est-ce que vous diriez d’un emploi du temps…

SASCHA.
Mais j’en suis bien aise, j’en suis bien aise ! Après un tel festin, j’aurai sûrement assez d’énergie pour faire toute la vaisselle.

SAM.
On pourrait faire une espèce de roue avec toutes les tâches ménagères, par exemple. Ou alors un calendrier.

Du côté opposé à l’entrée des autres, entre Morgan.

MORGAN.
J’ai acheté du pain.

SAM.
Bordel, Morgan, ça t’arrive de répondre au téléphone ?

MORGAN.
J’avais plus de batterie. Mais j’ai pris du pain. Le mec avait pas de prise dans sa caisse. Le covoitureur.

ALIX.
Tu as trouvé un covoiturage jusqu’ici ?

MORGAN.
Bien sûr que non. C’est pour ça que je suis à la bourre. J’ai bouffé la moitié, j’avais tellement la dalle. Il est super bon. Comme tu m’avais dit qu’il n’y avait pas de boulangerie au village.

SAM.
On a déjà du pain.

Sascha et Meredith se figent, l’air coupable.

SASCHA.
Euh. On n’a jamais trop de pain.

SAM.
Vous avez déjà bouffé la miche entière ?

ANDREA.
Parce qu’on est rationné·es ?

MEREDITH.
Détends-toi, Sam, on a dit qu’on irait faire le marché. En plus j’adore ça.

SAM.
Mais je n’ai rien dit. Je m’étonne, c’est tout. J’admire, même. Je ne sais pas comment vous faites pour manger autant le matin. Moi ça ne passe pas. Surtout pas aujourd’hui. Morgan, tu veux bien t’essuyer les pieds ? Je ne sais pas où tu as encore traîné.

MORGAN.
Dans les champs.

ALIX.
Ah, mais tu étais à une rave ! C’est pour ça !

ANDREA.
En tout cas tu arrives pile à l’heure pour le concert de rock normand.

MORGAN.
Sérieux ?

ALIX.
Ah bah oui, ça commence tôt par ici, et puis une tisane et au lit.

SAM.
Tu tiens à garder tes lunettes dans la maison ?

MORGAN.
C’est toi qui m’as dit qu’il y aurait du soleil.

ANDREA.
On t’a dit qu’il ne pleuvait pas en permanence sans discontinuer, contrairement à ce que tu avais l’air de redouter.

MORGAN.
Au fait, Gwenn n’est pas avec vous ?

ALIX.
Et ça ne justifie pas le reste de la tenue.

SASCHA.
Je crois que Gwenn dort encore.

MORGAN.
Encore ?

SASCHA. (sortant)
Je vais voir.

MORGAN.
Et quoi, qu’est-ce qu’elle peuvent vous foutre, mes fringues ? Je vous trouve bien rigoristes, pour des anarchistes.

MEREDITH.
Des anarchistes ?

ANDREA. (sortant)
Je viens avec toi.

MORGAN.
Des scissionnistes.

MEREDITH.
Depuis quand on est un groupe anarchiste ?

MORGAN.
Des anticapitalistes. Des altermondialistes. Peu importe. Je vous trouve bien réactionnaires, pour nos âges. Parce qu’on est à la campagne, je devrais peut-être d’un coup délaisser mes badges et mon keffieh, et m’enrouler comme vous dans un de vos plaids de vieillard ?

MEREDITH.
Je regrette mais jamais dans aucune de nos réunions il n’a été question /

MORGAN.
Je ne savais pas que c’était un mouroir qu’on venait ouvrir.

M. LELIÈVRE.
Dites, les poulots, dites pas trop de mal des gens d’âge, ça finira peut-être par vous arriver, à vous aussi.

Entre un certain nombre de vieux.

MME LELIÈVRE.
Alors c’était bien vrai, que les queniauds sont de retour ! Tu les reconnais ?
Presque pas changé ! Tu t’en souviens ?

MME DUVAL.
Bien sûr que je m’en souviens, je ne suis pas encore gaga. C’est la petite Margot.

ALIX.
Marguerite, c’est notre mère /

SAM.
Alix ! Tu te rappelles Madame Duval ?

ALIX.
Bien sûr que je me rappelle, je ne suis pas encore gaga.

SAM.
Madame Duval qui nous faisait de la bonne teurgoule.

ALIX.
Je m’en souviens très bien. Bonjour, Madame Duval ! Bonjour, Madame Lelièvre !

MORGAN.
De la teurgoule ?

ALIX.
Sam, tu te rappelles Monsieur et Madame Lelièvre ?

MME LELIÈVRE.
Allez, faites-y un boujou !

Tournée de bises, en commençant par la joue gauche, ce qui déstabilise Morgan et Meredith.

M. LELIÈVRE.
Il y avait longtemps que vous aviez pas pris de vacances, pas dis ? Qu’on vous voyait plus.

MME LELIÈVRE.
Vous devez beaucoup travalaer, ça se voit.

ALIX.
On n’est pas vraiment en vacances.

MME LELIÈVRE.
Aïe ! Le chômage, c’est pas facile de nos jours.

SAM.
C’est pas tout à fait ça…

MORGAN.
Ah bon ?

SAM.
C’est plutôt un choix.

M. LELIÈVRE.
Vous avez choisi de pas travalaer ?

SAM.
Ah si, on travaille. Mais on a choisi de vivre différemment.

MME LELIÈVRE.
Différemment de quoi ?

MEREDITH.
Puisqu’on revient là-dessus, pardon mais je tiens à rappeler que jamais au cours de toutes nos réunions il n’a été voté que nous soyons un groupe anarchiste.

MME LELIÈVRE.
Vous êtes un groupe anarchiste ?

MORGAN.
Meredith, on peut savoir ce que tu fais ?

ALIX.
Tu crois vraiment que c’est le moment ?

MEREDITH.
Pourquoi non ? Si l’on commence à se présenter aux gens du village, il faut bien savoir quoi dire.

MORGAN.
Et ta meilleure phrase d’accroche quand tu rencontres quelqu’un, c’est « Salut, on n’est pas un groupe anarchiste » ?

SAM.
Sommes-nous vraiment obligé·es de nous étiqueter ?

SASCHA.
Les mots sont importants. On en a besoin pour se définir.

SAM.
Mais on a déjà parlé de ça tant de fois.

ANDREA.
On n’est jamais tombé·es d’accord.

MORGAN.
Mais si. Nous sommes contre les hiérarchies, n’est-ce pas ?

Entrée de Gwenn, que personne ne remarque à l’exception des vieilles et du vieux.

GWENN.
Qu’est-ce que j’ai bien dormi ! Il y avait des années que je n’avais pas fait de grasse matinée.

MEREDITH.
Et ça suffit à faire de nous des anarchistes ?

SASCHA.
Moi, je me définis surtout comme bibliothécaire.

GWENN.
D’habitude, c’est le passage du métro qui me réveille.

SASCHA.
Comment organiser une communauté autogérée sans se revendiquer de l’anarchisme ?

GWENN.
Bonjour ! Moi c’est Gwenn. Je peux vous renseigner ?

MME LELIÈVRE.
On venait seulement dire bonjour aux poulots.

MEREDITH.
Si nous nous définissons comme anarchistes on va penser que nous sommes ici pour foutre la merde.

SASCHA.
Qui ça ?

GWENN.
Vous voulez un café ?

SAM.
Parce que tu crois que le village n’est peuplé que de bouseux persuadés que tous les anarchistes prônent l’insurrection ?

M. LELIÈVRE.
On veut pas déranger.

MME DUVAL.
Oh oui un café, c’est une idée.

MORGAN.
Alors maintenant on ne prône plus l’insurrection ?

MME LELIÈVRE.
Non mais on va vous laisser.

MEREDITH.
On peut aussi installer une grande pancarte « Boulangerie insurrectionnelle et bazar anarchiste », on devrait très rapidement s’intégrer au village.

MORGAN.
Et bibliothèque, aussi.

GWENN.
Les enfants, il reste du café ?

ANDREA.
Mais qui veut s’intégrer ? Tu veux t’intégrer ?

SASCHA.
Tu ne veux pas t’intégrer ?

MEREDITH.
Sans un minimum de clientèle, on ne tiendra pas longtemps.

Gwenn déniche un reste de café et le sert aux vieux.

ANDREA.
On n’a encore rien à vendre, ça peut attendre.

MORGAN.
Il y a la bibliothèque.

ANDREA.
Elle est gratuite.

SASCHA.
Ce n’est pas la question !

MME LELIÈVRE.
Tu es un ange. On ne voulait pas déranger.

SAM.
Et « libertaires » ?

ANDREA.
On en a déjà parlé. Morgan redoute une confusion entre libertarisme et libertarianisme.

MORGAN.
Et tu étais d’accord avec moi/

ANDREA.
Et j’étais d’accord avec toi.

M. LELIÈVRE.
On n’a rien contre les anarchistes. On ne pensait pas déclencher tout ça.

ALIX.
“Libertaires de gauche”, alors ?

MEREDITH.
Surtout pas, on nous prendrait pour des socialistes.

GWENN.
Ne vous en faites pas, mes camarades aiment beaucoup débattre et ne laisse jamais passer une occasion de le faire. De l’extérieur on pourrait croire qu’on s’engueule, mais c’est rarement le cas.

SASCHA.
“Acratistes ?”

ALIX.
Quelle merveilleuse idée.

SASCHA.
Merci.

ALIX.
Allons vite accrocher un panneau « Boulangerie, bibliothèque et bazar acratistes », j’entends déjà la clientèle accourir ventre à terre.

SASCHA.
Il faudrait peut-être arrêter de penser en terme d’image de marque.

M. LELIÈVRE.
Et euhhh… Donc euh… Qu’est-ce que ?

ALIX.
Tu as raison.

MME LELIÈVRE.
Qu’est-ce que vous…

M. LELIÈVRE.
Qu’est-ce que vous faites ?

GWENN.
Dans un premier temps, on va apprendre à faire du pain.

MME DUVAL.
Commencez donc par apprendre à faire le café.

MME LELIÈVRE.
Du pain !

M. LELIÈVRE.
Comme c’est intéressant !

MORGAN.
Et il faudrait déjà songer à organiser notre communauté avant de nous ouvrir.

MME LELIÈVRE.
Il n’y a pas de boulangerie au village.

GWENN.
C’est ce que nous on dit Alix et Sam. (Alix et Sam se retournent, tout le monde prend peu à peu conscience de la présence de Gwenn.) Dans l’idéal, on aimerait cultiver nos propres céréales. Et nos légumes. Être autonomes sur le plan alimentaire. On pense qu’il faut en passer par un changement personnel avant de pouvoir changer le monde. Pour nous, ça implique d’être autonomes. Et comment être autonomes si l’on est incapables de se nourrir soi-même ?

MORGAN.
Hé, salut Gwenn, t’es réveillé·e ?

MME DUVAL.
J’ai rarement bu un café aussi infect.

M. LELIÈVRE.
Les poulots, on va vous laisser. Cette maison c’est votre héritage. Vous en faites bien ce que vous voulez.

MME LELIÈVRE.
C’est pareil pour la terre ; maintenant c’est à vous de construire le monde que vous voulez ; nous on est plus les acteurs ; on n’est plus que les figurants ;

Sortie des vieux.
Silence.

SAM.
Alors, « Boulangerie, bibliothèque et bazar autonomes », ça vous va ?

Ballade des Meufs du temps présent

[À chanter sur l’air de la Ballade des Dames du temps jadis]

Dissidentes de tous pays
Héroïnes de tous horizons
Révoltées contre l’infamie
Résistantes à l’oppression
On vous a appelées sorcières
Quand vous viviez à votre guise
Loin des injonctions populaires
Auxquelles vous restiez insoumises
Loin des injonctions populaires
Auxquelles vous restiez insoumises

On a cherché à vous faire taire
Mais nous vous avons entendues
Nous sommes vos héritières
De nous vous n’serez pas déçues
Quand toutes les meufs de la Terre
Se révolteront en même temps
Les misogynes f’ront moins les fiers
Sans les jupes de leur maman
Les misogynes f’ront moins les fiers
Sans les jupes de leur maman

Combattons, et avec courage
Conquérons notre liberté
Les rageux vont avoir la rage
Et nous, on va bien s’amuser
Entre sœurs soyons solidaires
Et si les hommes sont pas contents
Ils finiront cis pieds sous terre
Ils font chier depuis trop longtemps
Ils finiront cis pieds sous terre
Ils font chier depuis trop longtemps

Chanson écrite lors de l’atelier d’écriture de l’événement Sheroes, à plusieurs mains avec Camille Bodin, Edgar Marteau, Chloé Bégou, Daria Ivanova, Chloé Vos et moi-même

Femmes de théâtre, politique et féminisme

Vendredi 16 octobre, je participe à une soirée sur le thème « Femmes de théâtre, politique et féminisme Chili, Mexique, Espagne, France » qui aura lieu au NTH8, Nouveau Théâtre du 8ème arrondissement de Lyon.

Rencontres, communications, débats
En présence de
Patricia Artes et à partir de l’expérience menée à Santiago du Chili par Teatro Publico avec la création Otras sur la situation des femmes chiliennes,
Carmen Resino, autrice, fondatrice et présidente de l’Association des Dramaturges Espagnoles (sous réserve),
Lorraine Wiss, Université Lyon 2, autour de sa thèse
Le féminisme dans le théâtre français de 1960 à nos jours.
Léonie Casthel (HF Rhône-Alpes) et Marine Bachelot Nguyen (HF Bretagne), Autrices de théâtre feministes, autour de leur engagement pour l’égalité femme-homme et de leur parcours artistique.

Accompagnées de lectures bilingues espagnol/français mises en jeu par Sylvie Mongin-Algan.

Avec la maison d’édition L’Atelier du Tilde, les traductrices Julia Cultien, Adeline Isabel-Mignot et Ana Benito, Alizée Bïngollü, Anne de Boissy, Nicole Mersey …

gratuit

Soirée proposée dans le cadre de la Quinzaine de l’égalité Femmes-Hommes de la Région Rhône-Alpes et de la coordination des structures du 8e – Culture XXelles. En partenariat avec Le comité 8.1, la Mairie du 8e, la Médiathèque du Bachut, la Maison de la Danse, les Centres Sociaux du 8e, la MJC Monplaisir, la MJC Laënnec-Mermoz/Salle Genton, Ébulliscience, le Musée Urbain Tony Garnier.

Je crois que ça risque d’être très intéressant. N’hésitez pas à partager l’événement Facebook.

Peut-être à vous y voir !

Adelphes — Nous étions mutants

Résumé :

    Adelphes :
    adj. et subst. masc. ou fém., du grec α ̓δελφο ́ς formé de α ̓-copulatif et de δελφυ ́ς « matrice » : personnes issues des mêmes parents.

Depuis leur départ du foyer familial, Camille et Romane vivent ensemble, dans le cocon de leur singularité. Lorsque Camille s’en échappe pour vivre sa propre vie, elle fait la rencontre d’Alexandre et Julien, mais ce dernier la rejette violemment dès qu’il apprend sa particularité. Romane, qui étouffait sa sœur de son amour jaloux, apprend à s’ouvrir à d’autres amours.

Une histoire d’amours et de genres au pluriel.

PS : Merci à Gourgou, Ame, Alma Van Kleef, Loki, Blandine, Guedas, Maudite Catin et Junon 😉

Une Fille.

Une fille
Déchirée
Emprisonnée dans sa bulle de silence
Elle était heureuse avant
Elle avait confiance en la vie
Mais elle portait dans son cœur
Une bête image d’Épinal
Une image qui la trompait

Elle était jolie avant
Elle s’était parée de bracelets dorés
Avait colorié
ses pommettes en rose et ses paupières en mauve
À son retour, le rose avait mis les voiles
vers un monde parallèle
Où son double était né sous la bonne étoile

Ses lèvres sont désormais muettes
Et c’est son cœur qui hurle son horreur
Si fort
Qu’elle-même en devient sourde

Honteuse
Elle se sent coupable
D’un crime dont elle est la victime
Mais le silence aggrave son cas
sans le vouloir, la condamne à l’effroi
Permanent
Au détour d’une ruelle
Au détour de sa vie
Meurtrie
intérieurement
Un bleu au cœur
Un coup à l’âme
Pas de colère
Pas de hargne
Victime d’un drame
comme tant d’autres

Un fait divers marqua sa vie sous le signe de la folie.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :